Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 Dec

Main dans la main (de V. Donzelli)

Publié par Romain Duchez  - Catégories :  #Critiques Archives

 

Cupidon a encore fait n'importe quoi ! Non mais je vous jure... ce sale mioche en couche-culotte passe son temps à envoyer des flèches dans tous les sens, sans penser aux conséquences. Hélène (Valérie Lemercier) se retrouve irrésistiblement attirée par Joackim (Jérémie Elkaïm), et inversement, à tel point que les deux êtres se mettent à marcher en cadence, alors que leur vie ne bat pas du tout au même rythme. Elle dirige l'Opéra de Paris tandis que lui est candidat au concours de danseurs amateurs de Monte-Carlo. Vous voyez l'idée, c'est comme si une danseuse étoile et un fan de macarena tombaient amoureux. Pas crédible. Et pourtant, c'est là la force de ce film surréaliste : rendre plausible une situation qui ne l'est pas. Valérie Donzelli a choisi d'illustrer, au sens propre, l'expression "être collés l'un à l'autre". Ce qui donne lieu à des scènes plutôt cocasses, notamment celle (que l'on voit dans la bande-annonce) où les deux protagonistes se font des blagues, en obligeant l'autre à se mettre une baffe ou se gratter le nez. Leopold Nord et Vous avait raison finalement... Toi et moi dans le même bermuda (ou le même tutu), c'est l'amour. Grâce à ce parti pris scénaristique, la réalisatrice modernise un thème vieux comme le monde : la passion entre deux êtres que tout oppose. Il est question de la vie moderne pas toujours compatible avec les compromis d'une vie de couple. On évoque également les différences de milieu et ce fameux mépris parisien pour la province. Non vraiment, si mes doigts s'agitent sur leur clavier pour vous dire le plus grand bien de ce Main dans la main, c'est parce que le cinéma de Donzelli, audacieux et émouvant, m'a définitivement pris dans ses bras (après La Guerre est déclarée, numéro de mon top10 2011).

EN BREF : un joli moment de poésie cinématographique

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog de Romain Duchez