Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 May

La bande à Fifi tonifi(fi)e la comédie romantique à la française

Publié par Romain Duchez  - Catégories :  #Critiques 2017, #Humeurs

Babysitting, Babysitting 2, Alibi.com, Jour J... Ces comédies françaises ont cartonné - ou sont en train de cartonner - au box-office. Elles ont toutes un point commun. Lequel ? Clovis Cornillac ne joue pas dedans. Ok mais encore ? Elles sont drôles. Certes, mais la drôlerie reste un sentiment subjectif. Non, un autre point commun plus objectif ? Derrière chacun de ces films à succès, on retrouve un ou plusieurs membres de la Bande à Fifi. Voilà. En même temps, ce n'était pas trop difficile de trouver, tout est dans le titre.

La Bande à Fifi version Canal+ (© Pure People - oui je sais j'ai des sources de qualité...)

La Bande à Fifi version Canal+ (© Pure People - oui je sais j'ai des sources de qualité...)

Qui qui qui sont les Fifi ? Qui qui qui mais qui ?

 

Pour bien comprendre, il faut remonter à l'époque où Cyril Hanouna et ses petites beautés n'avaient pas encore découvert les spaghettis sauce caleçon. En 2005-2006, dans le Grand Journal sur Canal+ (période Dénisot, l'âge d'or), une troupe nommée la Bande à Fifi faisait des sketches et des happenings. Ils étaient sympathiques, dynamiques et drôlatiques (comme avec Kate Winslet en hommage à Titanic). Ils sont restés deux ans à l'antenne, mais ils n'ont pas réussi à imprimer nos cerveaux disponibles, comme avaient pu le faire leurs prestigieux prédécesseurs, les Robin des Bois ou Les Nuls.

 

La Bande à Fifi se composait de Philippe Lacheau, Reem Kherici, Tarek Boudali, Julien Arruti, Pascal Boisson et Patou. Ces noms, on les retrouve aujourd'hui au générique de comédies à succès. Des fi(fi)lms plutôt réussis et très effi(fi)caces. Fi(fi)nalement, ils ont peut-être trouvé la recette pour renouveler l'humour du 7ème art français...

Bande-annonce du film Jour J, réalisé par Reem Kherici.

Une scène, un rire

 

Ils ont fait leurs gammes à la télévision, et cela se ressent dans leurs films. Une scène, un rire. Pas de temps mort, il faut garder l'audience en éveil pour éviter qu'elle ne zappe. Les membres de la Bande à Fifi conçoivent leurs longs-métrage comme des successions de sketches. Parfois, certains personnages ne servent à rien dans l'intrigue (comme le couple gay de Jour J) si ce n'est à faire rire. Quelques moments d'émotion sont distillés ça et là, mais ils ne durent jamais trop longtemps. Un bon gag vient toujours freiner l'excès de mièvrerie. Dans une interview, Reem Kherici reconnaissait être très directive. Les meilleurs humoristes confirmeront, la moindre virgule et le moindre silence sont toujours écrits à l'avance.

 

Des histoires de notre époque

 

Pour l'instant, la Bande à Fifi ne s'est pas aventurée dans le film d'époque. Les seuls costumes sont utilisés pour des soirées déguisées. Quitte à mettre Michel Muller en grenouille ! Ces comédies sont bien ancrées dans le XXIème siècle : on se filme comme sur Youtube (Babysitting), on travaille dans des startups (Alibi.com), on embauche une wedding planneuse pour organiser son mariage (Jour J)... Le public de moins de 40 ans, connecté à Internet à longueur de temps, pas toujours attaché aux traditions, se retrouve dans ces situations. Quand bien même elles sont exagérées et caricaturales. 

 

Trois membres de la Bande à Fifi dans Babysitting : Philippe Lacheau, Tarek Boudali et Julien Arruti

Trois membres de la Bande à Fifi dans Babysitting : Philippe Lacheau, Tarek Boudali et Julien Arruti

L'héritage des anciens

 

La Bande à Fifi s'inscrit dans la droite lignée des troupes de comiques télévisuelles ayant réussi au cinéma. Les Nuls en tête. Ce n'est pas un hasard si Reem Kherici a choisi Chantal Lauby pour interpréter sa mère alcoolique et ingérable dans Jour J. Pour Alibi.com, Philippe Lacheau se retrouve face à Didier Bourdon, un Inconnu bien connu. Et dans Babysitting, ce sont des membres de la troupe du Splendid qui participent à la guignolade générale : Gérard Jugnot dans le  et Christian Clavier dans le 2. La présence de ces acteurs est une sorte d'adoubement. Pour Philippe Lacheau et Reem Kherici, faire tourner de tels aînés, qui les ont inspirés, doit être jubilatoire. Comme un passage de relais.

 

Les acteurs confirmés 

 

Etre dans un film de Philippe Lacheau ou Reem Kherici, c'est bien. Pour le compte en banque, comme pour l'image. Les acteurs confirmés commencent à s'intéresser à ces petits zazous. La géniale Nathalie Baye n'a pas hésité, semble-t-il, à jouer les mères cocues dans Alibi.com. Elle est formidable dans le film d'ailleurs. On peut être doublement césarisée et aller faire des blagues potaches avec la Bande à Fifi sans crainte pour sa carrière. Dans Jour J, c'est le talentueux Nicolas Duvauchelle qui montre un potentiel comique encore peu exploité au cinéma. Les réalisateurs préfèrent d'habitude lui confier des rôles de toxico mutique dans des polars noirs. Reem Kherici a tenté un autre pari.

Bande-annonce du film Alibi.com, réalisé par Philippe Lacheau

Autant je ne suis pas un grand fan des Babysitting, autant j'ai passé de bons moments avec Alibi.com et Jour J. Ces films renouvellent la comédie romantique à la française. Nous aussi, on est capable de faire rire avec des histoires d'amour de trentenaires. Il n'y a pas que les Américains et les Britanniques qui savent le faire. L'Arnacoeur avait ouvert la voie. La Bande à Fifi reprend le flambeau. Leurs longs-métrages n'entrent clairement pas dans les canons édictés par Les cahiers du cinéma ou Positif. Mais ils offrent un savant dosage entre film pas trop cul-cul et comédie vraiment drôle. Grâce à Philippe Lacheau et Reem Khérici, nos dimanches soirs ne seront jamais plus déprimants. 

Commenter cet article

Picou 09/05/2017 21:53

Tu me donnes envie de voir ces films! Tu es très ef(fi)cace!

Romain Duchez 09/05/2017 23:26

Fi(fi)dèle lectrice !! Franchement ce sont des comédies très honnêtes. Tu passes de bons moments et tu n'as pas l'impression de voir des navets comme Les Tuche ou Camping...

Archives

À propos

Le blog de Romain Duchez